AGRICULTURE

Partagez

Une nouvelle jeunesse pour l’agriculture familiale

  • Assurer l’élévation et la sécurité du niveau de vie des agriculteurs
  • Mettre en place une taxe à l’importation pour protéger notre agriculture nationale familiale
  • Remplacer la PAC par la PNA (politique nationale agricole)La sortie de l’UE ne modifiera en rien le niveau des subventions versées à nos agriculteurs, puisque ces subventions, bien que qualifiées d’européennes, sont en réalité financées par les contribuables français.
    Réorienter la politique agricole vers la qualité des aliments et la préservation de l’environnement.
    Définir un nouveau modèle pour l’agriculture française.
    Améliorer le bien-être animal.
  • Garantir un revenu digne et stable aux agriculteurs en favorisant un prix juste à la vente des productions
    Réguler les spéculations sur les produits alimentaires à destination de l’homme et des animaux en réglementant les marges de la filière.
    Assurer, pour les agriculteurs, un prix minimum de viabilité en dessous duquel la grande distribution ne pourra pas descendre.
    Créer un fonds de garantie suffisant en cas de sinistre agricole afin de dédommager les exploitants victimes.
    Stabiliser le marché et l’orienter vers les productions locales.
    Rapprocher les producteurs des consommateurs en favorisant les circuits courts
    Création d’Agridistrib (outil Internet connectant les producteurs et les plates-formes de distribution locale). L’objectif sera de créer un marché local de façon à économiser sur les coûts de transport et à offrir aux consommateurs une fraîcheur accrue des produits.
  • Garantir l’autosuffisance alimentaire nationale et participer à la sécurité alimentaire mondiale
  • Mise en place d’un nouveau POS (plan d’occupation des sols) et garantie des aides alimentaires aux ONG tels « Les Restos du Cœur ».
  • Accroître la biodiversité et la qualité de l’agriculture avec les nouvelles techniques, plus respectueuses de l’environnement et protectrices des sols et des terroirs
    Favoriser l’émergence de techniques nouvelles en système agrosylvopastoral telles que la permaculture, l’agroforesterie, etc.
    Garantir une évaluation scientifique indépendante et fiable de ces techniques.
  • Protéger les terres arables de la prédation foncière
    Lutter contre l’étalement urbain en rendant à l’État le plein contrôle du POS.
  • Interdiction des OGM, y compris dans la nourriture animale
  • Libérer le commerce de semences anciennes et interdire le brevetage des nouvelles semences
    Entreprendre des négociations avec l’Organisation mondiale de la santé sur les règles de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) liées au Codex Alimentarius, afin de refuser une partie de ces normes dans la production nationale et pour certains produits importés.
    Modification des normes des fruits et légumes.
  • Effectuer une campagne de sensibilisation afin que les consommateurs changent leurs habitudes et acceptent d’acheter des produits mal calibrés, mais préservant leur santé et l’environnement
  • Favoriser le recyclage des produits alimentaires non conformes
  • Favoriser le développement de la recherche en la dotant de moyens nécessaires
  • Aider les jeunes agriculteurs (y compris des urbains) à s’installer
  • Assurer la gestion sociale en créant, au sein de Pôle emploi, une structure consacrée à cette filière, notamment en matière d’emplois saisonniers
  • Améliorer l’indépendance des formations agricoles vis-à-vis des lobbys industriels du secteur et coordonner les ministères de l’Éducation et de l’Agriculture
    Valoriser les filières professionnelles agricoles (machinisme agricole, etc.)
    Assurer aux ménages un budget alimentaire ne dépassant pas 15 % de leur budget global

Partagez