Les candidats de Paris 13 aux Européennes 2019

Partagez

Les adhérents UPR de notre arrondissement ont la fierté de compter dans leurs rangs deux membres de la liste « Ensemble pour le Frexit » qui se présentera au scrutin du 26 mai 2019 pour les élections européennes.

Anne Limoge

En quatrième position sur la liste, Anne Limoge avait été candidate pour les élections législatives de 2017 dans la 9ème circonscription de Paris, présentation :

Professeur de physique, 42 ans.

Née à Paris en 1976, et parisienne depuis toujours, je suis mère d’un petit garçon de huit ans. Mes parents étaient l’un chercheur et l’autre enseignante, mes ancêtres vignerons ou agriculteurs aux quatre coins de la France, Touraine, Alsace, Normandie, Bretagne.

L’ascenseur social que notre pays a connu durant le plus gros du vingtième siècle a donné toutes ses chances à ma famille, et notre système scolaire y a tenu un grand rôle. Sans doute ai-je puisé là mon attachement aux valeurs que la République a progressivement mises en place et magnifiées : justice sociale, accès de tous à la culture, élitisme républicain.

Après des études scientifiques, je me suis donc dirigée vers l’enseignement, le plus beau métier du monde : former des citoyens capables de participer activement à la vie de leur pays, tout en accédant à la vie personnelle enrichissante qu’offre toujours à chaque être humain le développement harmonieux de ses capacités. J’ai commencé à m’interroger devant certains éléments, découverte de la réalité actuelle du métier, protocole de Lisbonne qui assigne à l’Union européenne l’objectif de « l’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique », réformes toujours plus fréquentes aux résultats non évalués et vidant de leur contenu les enseignements.

Cela m’a poussée à réfléchir plus avant au rôle de la construction européenne. J’ai alors trouvé l’UPR, et y ai trouvé les clefs qui me manquaient pour comprendre les raisons de l’irraisonnable.

Christophe Nuret

Placé en soixante-troisième position de la liste, Christophe est le coordinateur de notre équipe militante de Paris-13 et adjoint au délégué de Paris-Rive-Gauche, présentation :

Agent RATP, 53 ans.

Né le 10 septembre 1965 à Romorantin-Lanthenay dans le Loir-et-Cher (41), de père solognot et de mère bretonne. Je vis à Paris dans le 13ème arrondissement, marié, père de deux garçons de 10 et 15 ans, agent RATP (gestionnaire de garage en centre bus dans un des trois plus grand dépôt de la régie) depuis maintenant plus de 20 ans, après avoir travaillé dans le privé pendant plus de quinze ans dans l’industrie et le commerce. Titulaire d’un CAP de mécanicien d’entretien, et de plusieurs diplômes fédéraux en athlétisme et triathlon.

Passionné de voyage, de civilisation, d’histoire, de la mer et des sports nautiques, motard et ex-sportif de niveau régional (même si j’ai participé à des compétitions de niveau France), je suis une personne aimant les défis et qui se donne à fond pour les mener à bien. En 1996, j’ai créé une association sportive de course à pied dans le 12ème arrondissement de la capitale, que j’ai dirigé et entraîné pendant un peu plus de 10 ans. Ancien nageur dans mon adolescence (crawleur), je suis devenu coureur à pied à l’âge de 26 ans, grâce à mon ancienne belle famille, puis triathlète (durant 6 ans) via une de mes athlètes qui m’a suggéré de par mes compétences de m’investir en tant qu’athlète. La naissance de mon premier fils et mon emploi au sein de la RATP m’ont fait arrêter cette belle expérience par manque de temps.

Sur la même période, mon autre grande passion qu’est la moto m’a fait m’investir pour faire mieux connaître un modèle mythique (la Honda RC30) en créant un site internet, puis sur l’insistance de mes lecteurs, la création d’un forum dédié, alors que je n’avais aucune formation dans le domaine informatique, même si j’assemblais des ordinateurs pour mon usage personnel. Mais l’histoire ne s’est pas arrêtée là, car en décembre 2008, un journaliste membre de Moto Journal inscrit sur le forum, nous signifie, après avoir fait un essai pour son magazine et lu pas mal de chose sur le forum, vouloir engager une moto aux 24 heures du Mans 2009 du championnat du monde d’endurance. Suite à sa demande, une belle histoire d’équipe sera lancée avec le prêt et l’engagement de ma propre moto. L’épilogue sera beau, avec le franchissement de la ligne d’arrivée et la victoire (malgré de nombreuses péripéties et aléas de préparation) en catégorie Open …avec une moto vieille de 20 ans.

Concernant mon engagement au sein de l’UPR, cela débute, encore une fois grâce à la moto, en octobre 2014, lorsque je cherchais des informations sur la loi des « 100ch » (instaurée le 5 juillet 1985, dite « loi Badinter », avec pour objectif de réduire la mortalité et les accidents des conducteurs de véhicules à deux roues… SIC), qui interdisait de posséder une moto en version « normale » comme partout dans le monde (sauf au Japon où un bridage est encore plus restrictif que ce que nous avions jusqu’en 2016). En effet dans le cadre de l’Union européenne, l’article 63 permet la libre circulation des biens et des capitaux. De ce fait, jusqu’à juillet 2016, aucun Français n’avait le droit d’acquérir un véhicule dans les autres pays de la zone européenne pour rouler sur le territoire national sans passer par la loi restrictive, à savoir castrer le véhicule pour le mettre en conformité française. Durant mes recherches, je suis tombé sur une vidéo de François Asselineau expliquant la libre circulation des biens et capitaux. Malgré cette heureuse découverte, tout cela resta confidentiel, n’en informant personne, je continuais de visionner les vidéos la nuit, tout en recoupant les informations, m’informant sur l’UPR, François Asselineau et ses intentions (et oui, je suis un peu méfiant et ne prend pas pour argent comptant ce qu’on me sert sur un plateau).

Côté bord politique, je suis un électeur votant blanc à l’origine, car ne me reconnaissant dans aucun parti en place, puis abstentionniste devant le désastre (déjà) du monde politique français, puis en tant que protestataire (car ne pas voter c’est cautionner ce qui se passe), je suis devenu électeur du Front National, avant de comprendre la duperie de ce parti. J’ai voté contre Maastricht en 1992 et le traité de Lisbonne en 2005. Je ne me suis jamais engagé dans aucun parti politique avant mars 2017, année où après avoir suivi la progression de l’UPR et les 60 premiers parrainages, je me décide à franchir le pas et m’investir dans le mouvement, pour permettre à la France et son peuple, de retrouver leur indépendance, leur souveraineté et une vraie démocratie.

Depuis septembre 2017, je suis le coordinateur UPR du 13ème arrondissement de Paris, et depuis novembre 2018, adjoint du délégué de la rive gauche de Paris.

Pourquoi soutenir la liste UPR

Anne et Christophe sont à l’image de la très grande majorité des membres de la liste de l’UPR, des gens qui ne sont en aucun cas des politiciens professionnels, soucieux de l’avenir de leurs enfants et de la France dans laquelle ces derniers devront vivre, des personnes à l’image de l’ensemble des français. Vous pouvez du reste trouver la liste complète de nos candidats sur le site de campagne mis en place par l’UPR.

Rappelons que cette élection est un scrutin à un seul tour et le résultat est à la proportionnelle. Chaque liste devra franchir le cap minimum de 5% des suffrages pour voir des candidats élus, les trois premiers à 5%, davantage avec un score plus important. Il pourra être difficile de compter Christophe Nuret dans le groupe des députés UPR au parlement européen, il nous faudrait en effet obtenir un score de 80% des suffrages. En revanche, Anne Limoge pourrait relativement facilement être élue si nous franchissons le cap des 6%, objectif qui n’a rien d’insurmontable.

Chaque vote comptera, et l’UPR ne sera pas au parlement européen pour y faire de la figuration. Monsieur Asselineau explique, lors des meetings de campagne qui se déroulent en ce moment partout en France, certains projets pour dévoiler aux français les coulisses du parlement européen, ce qui risque fort de devenir très dérangeant pour l’Union européenne en général, et la commission européenne en particulier, laquelle commission a confisqué aux pays de l’Union leurs souverainetés respectives et sert essentiellement les intérêts de lobbies très présents à Bruxelles.

Le 26 mai : Tous ensembles pour le Frexit


Partagez

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*